Menu
Breaking News
Home / MAGAZINE / ACTUS VOYAGEURS/CORRESPONDANCE / Opinion: Qui en veut à Ganvié ?

Opinion: Qui en veut à Ganvié ?

Faire de Ganvié une cité moderne. Cela m’attriste autant que ça me révolte. Même si on a du mal à comprendre ce qu’on veut en mettre, on se demande si la problématique de ce village lacustre est bien connue. C’est comme si on veut faire les autoroutes dans le parc Pendjari pour attirer les touristes. C’est comme si on va construire des hôtels cinq étoiles au pôle nord pour les touristes. Les touristes qui viennent à Ganvié veulent d’abord vivre comme les habitants. Ils veulent entendre le bruit de l’eau de leur lit. Ils veulent être réveillés par l’oiseau martin-pêcheur.

Ganvie c’est la route des nénuphars, le marché flottant. C’est une carte postale qui n’a besoin ni d’être corrigé, ni d’être coloré au Photoshop. Ganvie doit son charme à sa beauté sauvage, son regard pittoresque, à sa communion et son harmonie avec la nature. Ganvie n’a pas besoin de modernité mais a besoin d’être valorisé. Je reste sceptique à l’idée que les touristes occidentaux y viennent à la recherche d’un certain confort. Ils viennent pour le dépaysement. Si un touriste quitte Londres, Paris ou New York pour voir le coucher du soleil à Ganvie alors Venise est à un pas, il est évident de comprendre qu’il est un touriste atypique. Il ne veut pas être révélé mais il veut être surpris, dérouté.

Ganvie, c’est un écosystème fragile où les oiseaux amoureux se donnent rendez-vous pour célébrer leur union. Le vrai défi de Ganvie est d’abord le faire adopter par les Béninois. Ganvie est aujourd’hui la plus belle femme du village dont personne n’en veut. Tout le monde la regarde de haut, tout le monde magnifie sa beauté mais personne ne veut faire le premier pas.

Il faut aimer Ganvié pour le vendre aux autres. Il faut amener les Béninois à le séduire. Convaincre les Béninois à aller passer leur week-end à Ganvié qu’à Lomé. Si vous transformez l’habitat de Ganvié , si vous dénaturez leur village, ils vont partir et laisser le village aux touristes. Si on se trompe d’action, nous allons assister tristement au départ du dernier oiseau, au départ du dernier pêcheur.

Jules Djossou

About REDACTION GUIDE BENIN

Agence de Tourisme et d'Information

Check Also

8ème Edition du FACI: Le Dg Emile Kougbadi distingué au même titre que plusieurs cadres

Les filles et fils de l’aire culturelle Idaasha ont célébré du  26 mars au 1er Avril 2018 …

Laisser un commentaire